Brachytron pratense (O.F. Müller, 1764)

Ordre : Odonata Famille : Aeshnidae Genre : Brachytron

  • 85
    observations

  • 31
    communes

  • 48
    observateurs

  • Première observation
    1984

  • Dernière observation
    2017
Anjuerer Jack - Aubin Guillaume - Barataud Julien - Berthelot Stéphane - Bertozzi Hervé - Bertrand Justine - Budzynski Claude - Caïtucoli Gilles - Coiffard Paul - Crebassa Jason - Dolbeau Xavier - Dupuy Jeremy - Francois David - Février Jérémie - Gendre Thomas - Genoud David - Hentz Jean-laurent - Houard Xavier - Iparraguirre Laurent - Jacquet Karine - Jaulin Stéphane - Jourdain François - Juliand Christine - Juliand Pierre - Klesczewski Mario - Lambret Philippe - Leblanc Olivier - Louboutin Bastien - Olioso Georges - Palomares Vincent - Piquard Jean-louis - Ponthieux Yann - Poussin Mathilde - Rancilhac Loïs - Rondeau Alexis - Rossington Sue - Rufray Xavier - Sala André - Sannier David - Sannier Mathieu - Sautet David - Scher Olivier - Seon Jean - Swinkels Henk - Tillo Stéphan - Tremauville Yves - Vollot Benjamin - Walsh John

Informations sur l'espèce

C'est la plus Aeschne d'Europe, de plus comme son nom l'indique, elle est essentiellement active au printemps. L'abdomen est massif, et non étranglé au niveau du troisième segment. C'est une espèce qui vole très bas au dessus de l'eau en suivant les rives, son vol est incertain.

Les oeufs sont pondus, par la femelle seule, dans les tiges potamots ou dans divers débris végétaux au abord de l'étang. Ils éclosent en 3 à 7 semaines.

La phase larvaire dure habituellement 2 ou 3 ans, rarement un an. Les larves vivent parmi des débris de végétaux qui s'accumulent sur les bords. Elles entrent en diapause lors de leur dernier stade. Les émergences ont lieux sur quelques jours en sortie d'hiver.

Après une période de maturation d'une dizaine de jours, où les individus s'éloignent de l'eau, les imagos reviennent vers les milieux stagnants pour se reproduire. Les mâles ont un comportement de patrouilleur le long de la végétation rivulaire à la recherche de femelle. Ils ne défendent pas de territoire, mais sont très agressifs avec leurs congénères.


Dans certaines régions, c'est une espèce très menacée. Elle subit les comblements des pièces d'eau  (naturelles et artificielles), ainsi que la disparition des ceintures de végétation.

Elle est fréquente les eaux douces stagnantes permanentes bordées de ceintures de carex, de roseaux ou de massettes, en milieu ouvert ou forestier.
Non renseignée pour le moment
Aucun synonyme pour ce taxon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles