Lestes sponsa (Hansemann, 1823)

Ordre : Odonata Famille : Lestidae Genre : Lestes

  • 213
    observations

  • 64
    communes

  • 59
    observateurs

  • Première observation
    1981

  • Dernière observation
    2017
Coc - Anglio Grégory - Anonyme Anonyme - Baffie P. - Baffie Philippe - Barataud Julien - Barataud Michel - Blanchon Yoann - Bouchet Michel-ange - Boudot Jean-pierre - Brepson Loic - Breton François - Brugière D. - Caucat Julien - Danflous Samuel - De Knijf Geert - Descaves Bruno - Destre N. - Destre R. - Dommanget Jean-louis - Fabre Jean Marie - Février Jérémie - Gabant Pauline - Gendre Thomas - Giraud Alain - Gontier Bruno - Grand Daniel - Guenel Nathalie - Gurliat P. - Hentz Jean-laurent - Houard Xavier - Jaulin Stéphane - Jullian Rémi - Klesczewski Mario - Le Merrer Camille - Legendre François - Lepine Fabien - Louboutin Bastien - Malafosse Jean-pierre - Meurgey F. - Monchaux Geoffrey - Moreau Thomas - Motteau Valentin - Orieux G. - Parayre C. - Parayre Christophe - Pianalto Sylvie - Poujol Audrey - Quélennec Céline - Rondeau Alexis - Ronne Charlotte - Rufray Xavier - Sannier David - Sautet David - Seon Jean - Soustelle Cyril - Souvignet Nicolas - Tixier-inrep Danièle - Vanappelghem Cédric

Informations sur l'espèce

Le Leste fiancé à un corps vert métallique ou cuivré brillant avec une pulvérulence bleue sur les côtés du thorax chez les mâles matures. De même, tout comme le Leste dryas, les mâles matures ont la base et l’apex de l'abdomen bleu (le bleu est plus étendu au début de l’abdomen chez Lestes sponsa). Chez les femelles, l’ovipositeur ne dépasse pas le dernier segment abdominal. Enfin, chez les deux sexes, les ptérostigmas sont entièrement sombres à noirs.

Période de vol : de mi-mai à mi-octobre.
Période de reproduction : principalement en août.
Le Leste fiancé vole peu et est généralement perché sur la végétation.
Lors de la ponte, le tandem reste connecté. La femelle insère les œufs dans les tiges des herbes hygrophiles en partant du haut pour terminer entièrement sous l’eau. La ponte peut durer plus d’une heure. La phase larvaire dure entre 5 et 12 semaines et compte de 10 à 13 stades. Les larves se tiennent sur les plantes aquatiques, sur les herbiers immergés ou dans la vase des zones riveraines.
Les émergences ont lieu au printemps, parfois en masse.
 


Cette espèce n’est nullement menacée en raison de son large spectre écologique. Elle reste cependant assez sensible à la prédation par les poissons et l’alevinage des étangs est donc à éviter.

Liste rouge mondiale (http://www.iucnredlist.org) : non référencé
Liste rouge européenne (Kalkman et al., 2010) : LC (« Least Concern » = préoccupation mineure) en Europe et dans l’Union Européenne des 27, population stable.
Liste rouge des libellules du Bassin méditerranéen (Riservato et al., 2009) : LC
Liste rouge des Odonates de France métropolitaine (Dommanget et al., 2009) : NT (« Near threatned » = quasi menacé)
 

L'espèce a une distribution eurosibérienne, avec une aire qui couvre presque tout le continent européen et s'étend à travers l'Asie tempérée jusqu'au Japon. L. sponsa est répandu sur l'ensemble du territoire français hormis les départements méditerranéens et le sud-ouest du pays. En région Languedoc-Roussillon, ce leste est commun dans les départements de la Lozère et des Pyrénées-Orientales mais est rare dans les autres départements.
L'espèce est ubiquiste en termes d'habitats : eaux stagnantes mésotrophes, acides ou non, douces ou saumâtres, permanentes ou temporaires, envahies par une abondante végétation d'hélophytes et d'hydrophytes (tourbières à sphaignes, étangs, mares herbeuses, bordures marécageuses des lacs,…). Elle peut être notée jusqu'à 2500 m sur les reliefs méridionaux.
Non renseignée pour le moment
Aucun synonyme pour ce taxon

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles